ProspecPlus innove et devient pionnière au Canada

Assoiffés de développements technologiques et passionnés par la recherche, les ingénieurs experts en bâtiment de ProspecPlus, en collaboration avec le département de Génie Civil de l’Université de Concordia (Montréal), ont développé une expertise novatrice et unique au Canada : l’évaluation des risques sismiques sur les bâtiments existants à ossature contreventée.

« Le Code National du Bâtiment renferme des cartes de l’aléa sismique et des lignes directrices relatives aux charges sismiques et les ingénieurs s’en servent  pour concevoir et construire des bâtiments aussi résistants que possible aux secousses sismiques. Toutefois, aucune recherche n’avait abouti à des modèles de calculs mathématiques permettant de trouver le facteur indiquant le degré de dangerosité sur les bâtiments de plus de 6 étages construits avant 1985. Il nous manquait la méthodologie scientifique. Dorénavant, c’est chose faîte », souligne Domenic Di Modica, ingénieur spécialiste en structure au sein de ProspecPlus Génie Conseil.

Les seuls à détenir cette expertise au Québec et au Canada

La plupart des bâtiments sont conçus pour résister aux forces verticales, mais les experts en génie civil de ProspecPlus savent qu’il faut absolument tenir compte de la composante horizontale du mouvement du sol si on souhaite concevoir des bâtiments capables de résister aux tremblements de terre. Or, le Code national du bâtiment s’applique d’abord et avant tout aux nouveaux bâtiments (article 1.1.1.1 de la division A), mais son appendice A (note A 1.1.1.1) énonce les principes de son application aux bâtiments existants.

De vastes efforts de recherche en étroite collaboration avec l’Université de Concordia ont mené à une avancée scientifique qui fait en sorte que ProspecPlus révolutionne maintenant l’expertise antisismique des bâtiments et est la seule et unique entreprise au Canada à compter sur une  équipe d’ingénieurs spécialisés en génie civil détenant une telle expertise.

Ainsi, tout bâtiment de plus de 6 étages construit avant 1985 pourra dorénavant bénéficier d’une expertise du risque sismique encouru et ainsi pouvoir réagir par la consolidation et/ou le renforcement de sa structure.

Les dispositions du Code National du Bâtiment ayant trait aux secousses sismiques seront révisées à la lumière des nouvelles connaissances au sujet des séismes et de leurs répercussions sur les ouvrages de génie civil.

Nul doute que cette innovation scientifique révolutionnera le métier du génie civil.